Saint-Germain-en-Live

Infos hyper-locales sur Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

Archive for the ‘Place du Marché’ Category

Prêt-à-porter féminin: Fashion Bel Air arrive à Saint-Germain

leave a comment »

Je croyais que le marché du prêt-à-porter féminin était archi-saturé à Saint-Germain. Certains pensent le contraire. La marque parisienne Fashion Bel Air a annoncé la semaine dernière, dans un communiqué repris par divers sites d’information financière, l’ouverture d’une boutique « idéalement située au coeur de Saint Germain-En-Laye à proximité du château (franchement, qu’est ce qui n’est pas à proximité du Château à St Ger, ndlr). »

Le communiqué ne précise pas la date d’ouverture de cette nouvelle implantation, qui serait la 6ème depuis le début de l’année pour la marque.

Créée il y a 25 ans, Fashion Bel Air dispose aujourd’hui d’un réseau de 35 points de vente à Paris et en province, Londres, Casablanca et Koweït City. A croire qu’il ne leur manquait plus que Saint-Germain-en-Laye pour garnir leur tableau de chasse.7075_logo_bel-air

La marque a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 14,9 millions d’euros.


Written by buisson28

juin 25, 2009 at 07:00

Ouverture des bars: un débitant de boissons saint-germanois veut mettre les pendules à l’heure

leave a comment »

 Un débitant de boissons saint-germanois lance une pétition contre un nouvel arrêté municipal restreignant les horaires d’ouverture des établissements débits de boissons à consommer sur place.

 Le couperet est tombé le 22 mai dernier pour les débitants de boissons saint-germanois. C’est à cette date qu’un nouvel arrêté municipal relatif aux heures d’ouverture et de fermeture des débits de boissons locaux est entré en vigueur. L’arrêté en question fixe à 1 h du matin la fermeture des établissements débits saint-germanois – à l’exception des jours de fête – annulant ainsi un arrêté préfectoral de décembre 2008 jugé plus favorable par les débitants car il autorisait les bars à fermer leurs portes à 2 h du matin. Du coup, ça gronde derrière les comptoirs. « Fermer à 1 h ne change absolument rien: le problème de l’alcoolisme des jeunes n’est pas résolu. Ils acheteront des packs de bière et iront boire chez eux ou dans la rue « , affirme Arnaud Bertrand, propriétaire de Kas’Bar, le bar à tapas/ restaurant/ karaoké de la rue Alexandre Dumas (1bis rue Alexandre Dumas, 01 39 21 03 88),  dit-il, « l’arrêté nous pénalise mais n’arrange rien. »

La réglementation relative aux horaires d’ouverture est relativement stricte dans notre ville  préférée par rapport à d’autres communes yvelinoises. Avant ce nouvel arrêté, la municipalité, soucieuse d’éviter les plaintes de tapage nocturne et autres problèmes liées à des soirées un peu trop arrosées, conditionnait déjà à une autorisation en mairie l’ouverture après 1h du matin des débits de boissons à consommer sur place (bars, restos…). L’arrêté préfectoral de décembre 2008, entré en vigueur en mars 2009, mettait un terme à cette situation en autorisant tous les établissements à rester ouvert de 5 à 2 h du matin. Mais la joie des débitants n’est que de courte durée. En mai dernier, l’arrêté municipal tombe donc: désormais tous les établissements sans exception devront fermer boutique à 1 h du matin. La fête est finie.

Arnaud Bertrand, patron de Kas'Bar, lance une pétition pour que les débits de boissons saint-germanois restent ouverts jusqu'à 2h du matin

Arnaud Bertrand, patron de Kas'Bar, lance une pétition pour que les débits de boissons saint-germanois restent ouverts jusqu'à 2h du matin

Pour Arnaud Bertrand, arrivé à Saint-Germain-en-Laye il y a trois ans et demi pour ouvrir Kas’Bar, c’est la goutte de Kro qui fait déborder la pinte. Le mois dernier, il  décide de lancer une pétition appelant le Maire de Saint-Germain-en-Laye Emmanuel Lamy à proceder à l’abrogation du vilain arrêté. 

Pour que Saint Germain-en-Laye reste un lieu de vie et ne devienne pas une cité-dortoir, nous vous demandons de ne pas prendre d’arrêté municipal restreignant davantage l’horaire de fermeture des débits de boissons saint-germanois », pouvait-on lire sur le document, publié sur le site de pétitions Mesopinions.com .

Car pour la patron de Kas’Bar et les autres, rester ouvert une heure supplementaire fait toute la difference, surtout en période de crise économique. « Je perds une clientèle importante en fermant à 1h (…) Ouvrir jusqu’à 2h nous apporterait 10% à 30% de chiffre d’affaire en plus sur une soirée », assure-t-il. Et de pointer une situation de « concurrence déloyale » entre les débits de boisson du département: « A Versailles, Marly, Maison-Laffite et Louveciennes, on peut rester ouvert jusqu’à deux heures du matin, souligne-t-il. C’est déjà difficile de faire prendre conscience aux gens qu’il y a des bars qui bougent à Saint-Germain. Si en plus on dit à nos clients qu’on ferme à 1h, c’est fini. Ils iront à Maison-Laffitte. »

« Minorités tapageuses »

Ce père de famille minimise les plaintes de tapage les jugeant parfois exagérées et affirmant qu’elles peuvent être résolues par la mise aux normes des établissements (installation de murs anti-bruit par exemple) ou encore l’adoption d’une charte de bonne conduite visant à limiter les troubles à la tranquilité publique pouvant naître dans l’enceinte des bars.

L'arrêté municipal rélglementant l'heure d'ouverture et de fermeture des débits de boissons à consommer sur place

L'arrêté municipal réglementant l'heure d'ouverture et de fermeture des débits de boissons à consommer sur place

 

Arnaud Bertrand se défend de vouloir aller à la confrontation avec la Mairie et assure vouloir agir pour « fortifier encore le tissu économique de la ville, et sa qualité de vie »: « Notre démarche ne sera pas aggressive. Nous ne voulons absolument pas taper sur le Maire et les élus. Nous voulons montrer qu’il y a des minorités tapageuses qui sont toujours les mêmes, qui gueulent quand on fait quoi que ce soit (…) J’ai envie de faire entendre les patrons de bars, les habitants de saint-germain qui veulent que nous restions ouverts plus longtemps, et les habitants des communes voisines qui viennent à Saint-Germain le soir ».

Au 17 juin, il pouvait s’enorgueillir d’avoir recueilli quelques 150 signatures, des clients mais aussi d’autres débitants de boissons saint-germanois. Encore trop peu, martèle-t-il. « Je veux un millier de signatures », lance-t-il, avant de se présenter devant M. le Maire. Une version papier est disponible dans les locaux de Kas’Bar.

Pour lire et signer la pétition d’Arnaud Bertrand adressée à Emmanuel Lamy, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

Arcades Fires: Arcade Café vs l’Industrie

leave a comment »

La guerre des brasseries a commencé sous les Arcades. Entre le bling bling Arcade Café et l’étoile saint germanoise Le Café de l’Industrie, qui a réouvert version « Coupole » en avril, le promeneur de la Place du Marché aura désormais un choix cornélien à faire.

Tandis que Michel Hermelin, propriétaire d’Arcade Café déroulait le traditionnel « nous ne sommes pas ennemis mais complémentaires » quelques mois avant la réouverture de son encombrant voisin (voir post du 11 février), la question est posée: deux brasseries côte à côte peuvent-elles coexister pacifiquement? Le client tranchera.

Le Café de l'Industrie à rouvert en avril

Le Café de l'Industrie à réouvert en avril

Saint-Germain-en-Live vous donne l’occasion de trancher dès maintenant en participant à notre sondage.

Café de l’Industrie – 6 Place du Marché Neuf – 01 34 51 04 98

Arcade Café – 2 Place du Marché Neuf – 01 39 73 54 99

Le Café de l'Industrie, un récent lundi après-midi

Le Café de l'Industrie a été entièrement rénové

Written by buisson28

mai 8, 2009 at 11:21

Avis aux lolitas: Lollipops arrive à SGEL en mai 2009

leave a comment »

Chaque année, Lollipops ouvre 3 à 5 boutiques en France, se vante l’enseigne de prêt-à-porter. Lolitas saint-germanoises, réjouissez-vous: Saint-Germain-en-Laye  fait partie de la prochaine cuvée. La marque de Marjorie Mathieu (voir ici une interview par le Journal des Femmes) et Yann Ducarouge a annoncé aujourd’hui l’ouverture d’un magasin pour mai 2009 dans votre ville préférée.

Lollipops, la marque des lolitas, arrivera à Saint-Germain courant mai 2009

Lollipops, la marque des lolitas, arrivera à Saint-Germain courant mai 2009

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Lollipops, c’est la marque des « jeunes citadines branchées ». Sacs, petite maroquinerie, chaussures, ceintures, chapeaux, bijoux, porte-clés, étui I-pod, sacs de voyage… les fashionistas saint-germanoises auront une raison supplémentaires pour ne pas refaire leur garde-robe à Paris.

Créée en 1998, Lollipops est présente dans plus de 20 pays avec 90 magasins sous enseigne (dont 21 en France). En 2008, son volume d’affaires atteignait 12,7 M€ (contre 11,2 M€ en 2007).

Facebook: l’ami des agences immobilières?

leave a comment »

 

Une agence immobilière saint-germanoise débarque sur Facebook en espérant transformer ses « friends » en clients.

Amélie Barbieri, directrice de l'Agence de Saint-Germain-en-Laye

Amélie Barbieri, directrice de l'Agence de Saint-Germain-en-Laye

Chers utilisateurs saint-germanois de Facebook, vous comptez désormais parmi vos amis potentiels… une agence immobilière. En janvier dernier, Amélie Barbieri, la jeune et souriante directrice de l’Agence de Saint-Germain(24 rue du Vieil- Abreuvoir – 01 39 21 99 80), décidait de créer une page Facebook pour son établissement. Une idée inspirée d’une agence immoblière parisienne. « Je me suis dit que ce n’était pas bête, explique Amélie Barbieri. L’idée était de créer un groupe sur Facebook avec des albums comprenant des infos et des photos pour chaque appartement. »

L'Agence de Saint-Germain (24 rue du Vieil-Abreuvoir)

L'Agence de Saint-Germain (crédit: Amélie Barbieri)

L’usage de réseaux sociaux comme MySpace ou Facebook n’est pourtant pas très répandu dans le monde de l’immobilier. L’an dernier, la création de Keltoa, « le Facebook de l’immobilier », avait été présenté comme une première tentative de mettre en relation, à travers un réseau social, agences et locataires ou acheteurs.

La plupart des agences ne savent pas ce qu’est Facebook

 

Depuis son ouverture en octobre 2008, L’Agence de Saint-Germain cherche à se distinguer de noms plus établis de l’immobilier local en s’adressant à une clientèle jeune. Facebook apparaissait donc comme une arme de choix pour toucher étudiants et jeunes actifs. « La plupart des agences ne savent ce qu’est Facebook. Cela s’explique par le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de jeunes dans les agences immobilières et qu’elles s’adressent pour la plupart à une clientèle plus âgée, » souligne Amélie Barbieri. 

Au 30 mars, l’Agence comptait 122 « amis » virtuels qui se transformeront peut-être un jour en clients.

Written by buisson28

avril 1, 2009 at 07:39

Coiffure masculine: le paradoxe de Saint-Germain-en-Laye

leave a comment »

Pris en tenaille entre les évolutions de la profession et de la société, la coiffure masculine disparaît de Saint-Germain malgré une demande florissante. Rencontre avec Patrice Lamy, de Coiffure Henri.

 

Tout a changé autour de Patrice Lamy. La rue des Coches est devenue piétonne. De nouveaux commerces s’y sont installés alors que d’autres ont fait peau neuve. Son salon de coiffure, Coiffure Henri, lui, est toujours là, au numéro 10. Le décor, les magasines, les fauteuils… Il n’a pas vraiment fait de retouches. En dix ans, seules des photos de ses enfants et petits-enfants ont fait leur apparition sur le comptoir.

Coiffure Henri est aujourd’hui l’un des derniers coiffeurs pour hommes à Saint-Germain-en-Laye. Autrefois un pivot de l’artisanat local, la coiffure masculine a progressivement disparu. Après la guerre, notre belle ville  comptait « sept-huit » salons, selon Lamy. Aujourd’hui, ils ne sont plus que deux: Coiffure Henri et Coiffure Jean-Pierre Pagès (4bis rue Danès de Montardat – 01 39 73 35 97).

Patrice Henri, propriétaire de Coiffure Henri

Patrice Lamy, propriétaire de Coiffure Henri

Pour le coiffeur, la tendance s’explique par « l’orientation coiffure mixte » des formations de coiffeurs et une féminisation de la profession. « En 20-30 ans, il y a eu une formidable féminisation du monde de la coiffure. Beaucoup de femmes font désormais de la coiffure et, en réalité, on trouve assez peu d’hommes, » constate Patrice Lamy, qui a été formé par son père. « Et puis, les enfants de coiffeurs se détournent du métier: ils ont vu leur père trimer toute leur vie et décident de faire autre chose. » Résultat: à la retraite, le salon n’est pas repris. C’est ainsi que les salons de coiffure masculine de la rue des Louviers, du Vieil Abreuvoir ou de la Rue de Pologne pour ne citer qu’eux ont progressivement laissé place à des magasins d’habillement ou des fleuristes.

Les enfants de coiffeurs se détournent du métier

Pourtant, le salon de Patrice Lamy ne connaît pas la crise.  Malgré la déferlante des franchises de coiffure mixte  à Saint-Germain, il a su se construire une clientèle fidèle depuis l’ouverture du salon par son père en 1963. En atteste son carnet de réservations archi-comble pour les semaines à venir. « C’est un vrai métier de coiffer les hommes, de savoir faire  un dégradé aux ciseaux par exemple, avec un outillage spécifique, souligne-t-il. Les coiffeurs mixtes ne savent pas le faire. »

Patrice Lamy, qui pourrait être à la retraite, cherche à présent à revendre son salon. Sans illusions.  » Le repreneur sera sans doute un magasin de fringues, pas un coiffeur, avance-t-il. C’est dommage parce qu’il y a une vraie demande, un vrai potentiel. » En tout cas, si vous cherchez une reconversion par temps de crise, la coiffure masculine cherche des magiciens du ciseaux…

 

loupe2Coiffure Henri – 10 rue des Coches – 01 34 51 49 51

Written by buisson28

février 28, 2009 at 21:59

Un magasin d’huiles essentielles rue des Joueries?

leave a comment »

Il semblerait qu’un carrefour santé / bien-être soit en train de se constituer à l’angle de la rue Bonnenfant et de la rue des Joueries.

Après le restaurant Fuxia et sa carte italienne équilibrée, le centre de remise en forme Amazonia, et Power Plate au 20 rue Bonnenfant, un magasin d’huiles essentielles actuellement en construction devrait voir le jour à côté du restaurant asiatique La Table de Saint-Germain, au 4 bis rue des Joueries (voir photo). C’est en tout cas ce que disent les commerçants du coin.

Un magasin d'huiles essentielles au 6 rue des Joueries?

Le 4bis rue des Joueries

Une information  à prendre avec des pincettes car il ne s’agit que de rumeurs pour l’instant. Si elle s’avérait exacte, les Saint-Germanois  n’auront qu’à se rendre à la rue des Joueries pour une bonne cure de jouvence.

Written by buisson28

février 16, 2009 at 13:14