Saint-Germain-en-Live

Infos hyper-locales sur Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

Archive for the ‘La foire aux empoignes’ Category

La majorité municipale lance son blog

leave a comment »

A chacun son blog. Après Emmanuel Lamy et le parti socialiste de Saint-Germain-Laye, voilà que la majorité municipale, l’UPSG (Union Pour Saint-Germain), se dote de son blog pour faire connaître ses projets pour la ville et dialoguer avec les citoyens – le Journal de Saint-Germain n’était plus assez « in ». Le blog a été lancé le 16 juin dernier.

Sa vocation est résumée ainsi:

Vous nous connaissez déjà en tant « qu’élus cravatés » qui rapportent, lors du Conseil Municipal, les différents projets de notre programme ou  peut-être nous sommes nous croisés lors de l’une des nombreuses manifestations organisées sur notre commune. Nous vous proposons à travers ces pages d’échanger avec vous différemment. Et sur tous les sujets! Sur vos sujets : actualité, vie quotidienne, politique générale, sport, culture…

Puis, vint le blog... (crédit: Parlement européen)

Puis vint le blog... (crédit: Parlement européen)

Ici pas de langue de bois! Liberté de parole et de ton, coups de coeur, coups de gueule, droits de réponse, sont les engagements que nous prenons.

Ce n’étaient peut-être pas des engagements avant. Décidemment, le blog va révolutionner la politique…

Visiter le blog de l’UPSG en cliquant ici

Written by buisson28

juillet 1, 2009 at 07:22

Ouverture des bars: un débitant de boissons saint-germanois veut mettre les pendules à l’heure

leave a comment »

 Un débitant de boissons saint-germanois lance une pétition contre un nouvel arrêté municipal restreignant les horaires d’ouverture des établissements débits de boissons à consommer sur place.

 Le couperet est tombé le 22 mai dernier pour les débitants de boissons saint-germanois. C’est à cette date qu’un nouvel arrêté municipal relatif aux heures d’ouverture et de fermeture des débits de boissons locaux est entré en vigueur. L’arrêté en question fixe à 1 h du matin la fermeture des établissements débits saint-germanois – à l’exception des jours de fête – annulant ainsi un arrêté préfectoral de décembre 2008 jugé plus favorable par les débitants car il autorisait les bars à fermer leurs portes à 2 h du matin. Du coup, ça gronde derrière les comptoirs. « Fermer à 1 h ne change absolument rien: le problème de l’alcoolisme des jeunes n’est pas résolu. Ils acheteront des packs de bière et iront boire chez eux ou dans la rue « , affirme Arnaud Bertrand, propriétaire de Kas’Bar, le bar à tapas/ restaurant/ karaoké de la rue Alexandre Dumas (1bis rue Alexandre Dumas, 01 39 21 03 88),  dit-il, « l’arrêté nous pénalise mais n’arrange rien. »

La réglementation relative aux horaires d’ouverture est relativement stricte dans notre ville  préférée par rapport à d’autres communes yvelinoises. Avant ce nouvel arrêté, la municipalité, soucieuse d’éviter les plaintes de tapage nocturne et autres problèmes liées à des soirées un peu trop arrosées, conditionnait déjà à une autorisation en mairie l’ouverture après 1h du matin des débits de boissons à consommer sur place (bars, restos…). L’arrêté préfectoral de décembre 2008, entré en vigueur en mars 2009, mettait un terme à cette situation en autorisant tous les établissements à rester ouvert de 5 à 2 h du matin. Mais la joie des débitants n’est que de courte durée. En mai dernier, l’arrêté municipal tombe donc: désormais tous les établissements sans exception devront fermer boutique à 1 h du matin. La fête est finie.

Arnaud Bertrand, patron de Kas'Bar, lance une pétition pour que les débits de boissons saint-germanois restent ouverts jusqu'à 2h du matin

Arnaud Bertrand, patron de Kas'Bar, lance une pétition pour que les débits de boissons saint-germanois restent ouverts jusqu'à 2h du matin

Pour Arnaud Bertrand, arrivé à Saint-Germain-en-Laye il y a trois ans et demi pour ouvrir Kas’Bar, c’est la goutte de Kro qui fait déborder la pinte. Le mois dernier, il  décide de lancer une pétition appelant le Maire de Saint-Germain-en-Laye Emmanuel Lamy à proceder à l’abrogation du vilain arrêté. 

Pour que Saint Germain-en-Laye reste un lieu de vie et ne devienne pas une cité-dortoir, nous vous demandons de ne pas prendre d’arrêté municipal restreignant davantage l’horaire de fermeture des débits de boissons saint-germanois », pouvait-on lire sur le document, publié sur le site de pétitions Mesopinions.com .

Car pour la patron de Kas’Bar et les autres, rester ouvert une heure supplementaire fait toute la difference, surtout en période de crise économique. « Je perds une clientèle importante en fermant à 1h (…) Ouvrir jusqu’à 2h nous apporterait 10% à 30% de chiffre d’affaire en plus sur une soirée », assure-t-il. Et de pointer une situation de « concurrence déloyale » entre les débits de boisson du département: « A Versailles, Marly, Maison-Laffite et Louveciennes, on peut rester ouvert jusqu’à deux heures du matin, souligne-t-il. C’est déjà difficile de faire prendre conscience aux gens qu’il y a des bars qui bougent à Saint-Germain. Si en plus on dit à nos clients qu’on ferme à 1h, c’est fini. Ils iront à Maison-Laffitte. »

« Minorités tapageuses »

Ce père de famille minimise les plaintes de tapage les jugeant parfois exagérées et affirmant qu’elles peuvent être résolues par la mise aux normes des établissements (installation de murs anti-bruit par exemple) ou encore l’adoption d’une charte de bonne conduite visant à limiter les troubles à la tranquilité publique pouvant naître dans l’enceinte des bars.

L'arrêté municipal rélglementant l'heure d'ouverture et de fermeture des débits de boissons à consommer sur place

L'arrêté municipal réglementant l'heure d'ouverture et de fermeture des débits de boissons à consommer sur place

 

Arnaud Bertrand se défend de vouloir aller à la confrontation avec la Mairie et assure vouloir agir pour « fortifier encore le tissu économique de la ville, et sa qualité de vie »: « Notre démarche ne sera pas aggressive. Nous ne voulons absolument pas taper sur le Maire et les élus. Nous voulons montrer qu’il y a des minorités tapageuses qui sont toujours les mêmes, qui gueulent quand on fait quoi que ce soit (…) J’ai envie de faire entendre les patrons de bars, les habitants de saint-germain qui veulent que nous restions ouverts plus longtemps, et les habitants des communes voisines qui viennent à Saint-Germain le soir ».

Au 17 juin, il pouvait s’enorgueillir d’avoir recueilli quelques 150 signatures, des clients mais aussi d’autres débitants de boissons saint-germanois. Encore trop peu, martèle-t-il. « Je veux un millier de signatures », lance-t-il, avant de se présenter devant M. le Maire. Une version papier est disponible dans les locaux de Kas’Bar.

Pour lire et signer la pétition d’Arnaud Bertrand adressée à Emmanuel Lamy, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

Européennes : Europe Ecologie fait 19% à Saint-Germain

leave a comment »

Pour ceux qui n’auraient pas vu les résultats de l’élection européenne à Saint-Germain-en-Laye, ne manquez pas de visiter la page dédiée sur le site du Ministère de l’Intérieur.

Sans surprise, la liste UMP conduite par Michel Barnier et Rachida Dati arrive en tête dans notre douce contrée, suivie par la surprenante Europe Ecologie de Daniel Cohn-Bendit et l’ex juge Eva Joly – à Saint-Germain, la liste obtient un peu plus de 19% des suffrages exprimés. Le MoDem arrive lui sur la troisième marche du podium talonné par le Parti Socialiste.

A noter le fort taux d’abstention: 54,32%, soit légèrement en dessous de la moyenne nationale.

 

REA_73404_009

Revue de presse: « l’affaire Morange »

leave a comment »

Le NouvelObs.fr, reprenant un scoop du site Mediapart, consacre un article à « l’affaire Morange ». Le député-maire de Chambourcy est accusé par sa femme de lui avoir fait remplir un emploi fictif d’attachée parlementaire, alors qu’elle était infirmière de nuit à la clinique Louis XIV à Saint-Germain-en-Laye.

La mascarade aurait duré 4 ans, jusqu’à ce que Morange, voyant les législatives de 2006 approcher, l’aurait licenciée. « Il fallait être irréprochable » a-t-elle indiqué lors d’une enquête préliminaire diligentée par le parquet de Versailles.

Affaire à suivre.logo_nouvel_obs

Written by buisson28

juin 14, 2009 at 10:29

PSG: Après la saison, l’attaque…

with one comment

Auteur d’un débordement inadmissible, Rothen est à son tour fauché par Bazin.

Au PSG, çela devient une habitude: on passe davantage à l’offensive  après la saison que pendant. Le Président du PSG a réagi hier sur le site PSG.fr aux tacles vissés de Jérôme Rothen contre certains cadres de l’équipe, après le match nul (0-0) concédé au Parc des Princes contre Monaco, synonyme de non-qualification pour l’Europa League.

Sébastien Bazin l’a rappelé, sans langue de bois:

Les propos de Jérôme Rothen dans la presse ce matin sont juste intolérables. On convoquera Jérôme pour qu’il vienne s’expliquer avec les dirigeants du club et regarder quelles suites on va donner. Les joueurs ont des devoirs, des obligations, mais surtout beaucoup d’avantages. Donc qu’ils ne profitent pas uniquement des avantages.

Et d’ajouter:

Les joueurs ont un contrat. Jérôme connaît son contrat, dans lequel il y a un certain nombre d’obligations. Nous allons les lui rappeler. Les joueurs doivent un certain nombre d’années au club, qui au même titre leur doit un certain nombre d’années de salaires. S’ils oublient cette réciprocité, ils se trompent d’interlocuteur. Je ferai ce qu’il faut pour que les joueurs respectent leur contrat.

Jérôme Rothen et le Président Bazin, dans les vestiaires, quand tout allait bien (crédit: C. Gazelles/PSG)
Jérôme Rothen et le Président Bazin, dans les vestiaires, quand tout allait bien (crédit: C. Gavelle/PSG)

Dans le journal l’Equipe du 1er juin, l’attaquant du PSG avait tiré à boulets rouges sur Alain Roche, responsable de la cellule de recrutement du club parisien, qui « aurait passé son temps à (le) fracasser »: Il m’a critiqué auprès de l’entraîneur, puis auprès des dirigeants et des actionnaires, et même dans les loges du Parc. »

Tacle également pour le Président Bazin: « J’ai senti un changement de comportement. Aujourd’hui, c’est à peine s’il me dit bonjour, » indique le joueur, qui était décidémment en pleine forme ce jour-là.

Et de finir en beauté:

Un président qui admet ne rien connaître au foot, un directeur général (Philippe Boindrieux), qui se vante de ne rien y connaître, et un futur directeur sportif (Alain Roche) qui passe entre les gouttes depuis six ans alors qu’il est loin de n’avoir fait que du bon boulot.

Quelle inspiration!

Rappelons que le contrat de Jérôme Rothen, 31 ans, court jusqu’en juin 2011. Pourra-t-il tenir sa langue jusque là? Rien n’est moins sûr. D’ailleurs, il semblerait qu’il n’en ait nullement l’intention. Dans un ultime débordement, il se dit contraint au départ:

Mon départ est inéluctable. On m’oblige à partir. Moi, je pensais vraiment terminer ma carrière à Paris. J’ai refusé une offre de Lyon pour prolonger ici. J’aime ce club, je l’ai dans la peau. Mais avec de tels dirigeants, je ne peux pas rester.

Pour une fois, il risque bien d’atteindre son but.

Written by buisson28

juin 2, 2009 at 08:18

Le bus Libertas fait escale à SGEL

with 3 comments

Le bus de la liste Libertas, flanqué des visages souriants de ses leaders Frédéric Nihous (Chasse, Pêche, Nature et Traditions) et Philippe de Villiers (Mouvement pour la France), a fait escale à Saint-Germain dimanche, refermant son tour de France en vue des européennes des 6 et 7 juin prochains. Terminer par Saint-Germain? Il n’y a pas à dire, même à Libertas, on du goût: on garde le meilleur pour la fin.

Mais à mon grand regret, le défenseur des chasseurs et le chef de file souverainiste n’étaient pas dans le bus climatisé. Pour représenter la liste, qui plafonne à 5% des intentions de votes, seuls quelques sombres candidats pour l’Ile-de-France et de jeunes militants aux couleurs du mouvement, occupés à se griller une clope,  avaient fait le déplacement. Les pauvres bougres, qui ont dû affronter le soleil de plomb et – disons-le – l’indifférence des Saint Germanois pour l’Europe des Etats en ce beau dimanche de mai, sont repartis vers 18h30, après une heure place du Chateau.

photo

Une réunion publique avec Jérôme Rivière (tête de liste en Ile-de-France) et Frédéric Nihous est prévue le 28 mai à Versailles.

Written by buisson28

mai 25, 2009 at 10:49

Les objets de La Quina vont-ils rester au Chateau?

with one comment

Le maire d’une commune de Charente souhaite le rapatriement des objets issus du site archéologique de La Quina, actuellement exposés au Musée des Antiquités nationales.

Dans une interview au quotidien Charente Libre, Alain Bajule, fraîchement élu maire de Gardes-le-Pontaroux où se trouve le site de La Quina, dit « vivre très mal que les objets découverts à La Quina soient exposés à Saint-Germain-en-Laye. Je pense que nous pouvons présenter ces objets en Charente. »

Les collection de La Quina, mises à jour par le Dr Henri-Martin entre 1906 et 1936 puis par sa fille Germaine entre 1953 et 1965, sont composées de silex taillés et d’os utilisés datant du Paléolithique. Elles ont été données au Musée des Antiquités nationales en 1975, où elles « sont étudiées par de nombreux chercheurs, dans divers domaines de l’archéologie préhistorique, indique le  Musée. Durant la seule année 2008, elles ont été étudiées par une douzaine de paléoanthropologues spécialistes des Néandertaliens et une demi-douzaine d’archéologues spécialistes des industries du Paléolithique moyen. »
Si Alain Bajule s’est récemment découvert une passion pour l’archéologie, c’est que les silex taillés et autres fossiles néandertaliens de La Quina peuvent lui rapporter gros. A la tête de ce  village de plus de 200 habitants aux atouts multiples (proximité avec les grandes villes charentaises, beau VVF, piscine…), cet ancien responsable des ateliers de l’Hotêl de Ville de Paris souhaite faire de la revitalisation du site une priorité de son mandat. Logique: le maire rebelle veut « affirmer l’identité de Gardes-le-Pontaroux » en profitant de l’essor touristique du Sud charentais.
Alain Bajule, nouveau maire de Gardes-le-Pontaroux, vit "assez mal" que la collection de La Quina soit à Saint-Germain-en-Laye (La Charente Libre)

Alain Bajule, nouveau maire de Gardes-le-Pontaroux, vit "assez mal" que la collection de La Quina soit à Saint-Germain-en-Laye (La Charente Libre)

« Impossible » s’écrie le conservateur du Musée des Antiquités Nationales: « La collection appartient à l’Etat. Elle est donc indéclassable et inaliénable. Le seul moyen d’envisager un dépôt serait de créer un musée à Gardes-le-Pontaroux mais autant vous dire qu’il faut avoir les reins solides, » lance Patrick Périn. Bref, « le maire peut parler autant qu’il veut, s’il n’a pas de musée, il ne pourra pas rapatrier les objets. » Et grotte alors!

Contacté par Saint Germain-en-Live, Alain Bajule s’est montré largement moins pugnace. Selon lui, « je préfererais que les objets soient à Gardes-le-Pontaroux, certes. Mais à partir du moment où ils sont vus et étudiés, ça n’a guère d’importance. » Pas de quoi réveiller un mammouth, donc. Et d’ajouter, aimablement: « Saint-Germain-en-Laye, cité royale en son temps, est une ville que je respecte . »

Alain Bajule précise néanmoins vouloir « essayer de voir jusqu’où je peux aller. » Cela risque fort d’etre la guerre à couteaux… pardon, silex tirés.